S4E38 – La mort, c’est compliqué

Dans ce nouveau podcast, je reçois sous le micro ma chère amie Sophie-Charlotte Chapman dans un épisode intime pour te parler de la mort de son mari le 14 février dernier. Veuve à 38 ans, quotidien en solo, démarches, re-orientation de carrière, la mort de son mari a eu beaucoup de dommages collatéraux. Mais pas que. La mort c’est compliqué. Bonne écoute !

Podcast :

N’oublie pas de t’inscrire pour ne pas manquer d’épisode de podcast dès leur sortie. Inscription gratuite ici.

La mort, c’est compliqué

Sophie C : On venait de diner, les enfants montaient l’escalier pour aller se coucher. Il était 20h30, le téléphone a sonné, un numéro étranger, j ai tout de suite su que c’était une mauvaise nouvelle “Sophie, c’est Alasdair, Ben vient d’avoir une crise cardiaque, mais il est entre de bonnes mains”(…). Un taxi est venu me chercher pour aller prendre l’avion et le retrouver mais quelques minutes après mon départ, Alasdair m a appelée, en me disant “Sophie je suis tellement désolé…”

Sophie R : Le choc de la nouvelle, comment se sont passés tes premiers jours/semaines ?

Sophie C : Ben est mort le jour de la St Valentin, la veille des vacances scolaires de février où nous devions partir quelques jours en Autriche pour la première fois. A la place, nous avons passé 2 semaines entre la France et l’Angleterre a essayé de faire rapatrier le corps de mon mari. J’ai établi mon QG dans ma petite salle de bain, accrochée à mon tél à échanger avec les pompes funèbres, l entreprise de rapatriement, les amis, la famille, et les autres intermédiaires d’un tel événement… 

Le plus difficile

Sophie R : Au delà de l’absence, du manque, et de la douleur, qu’est-ce qui a été le plus difficile à tes yeux ? (peur du lendemain incertain, gestion des enfants, devoir répéter un million de fois que tu es veuve, administratif,…. )

Sophie C : Je ne sais même pas ce qui a été le plus dur en fait. J’ai eu beaucoup de mal à accepter que son boss ne m’appellerait jamais. Les américains ont trop peur des poursuites judiciaires, mon mari est mort en service alors ils ont été super prudents. L’attente de son retour je crois, 2 semaines, ne pas savoir quand il rentrerait. Savoir que nous n aurions pas le droit de le revoir, le cercueil serait scellé…

La vie compliquée, après sa mort

Sophie R : En tant qu’entrepreneuse, si tu ne travailles pas, tu n’as pas de revenu. Comment as-tu fait ? Es-tu retournée travailler depuis ?

Sophie C : Mon mari rapportait 90% des revenus du foyer… Il soutenait tous mes projets même non rentables ! Rapidement, j ai compris que niveau trésorerie ce serait chaud… je n ai pas pu assuré physiquement mes cours, je suis passée en distanciel (avant même le confinement). Grâce à la compréhension de mes employeurs, j ai fait un cours en présentiel. Et puis avec le confinement, j ai accepté toutes les heures qu’on me proposait, j ai passé beaucoup de temps sur Linkedin à activer mon réseau. J ai commencé des démarches mais j ai des trous de mémoire sur ce que j ai fait. Les démarches que je devais entreprendre, un autre sens du mot entreprendre s’imposait alors…

Accompagner, ne pas s’isoler

Sophie R : Je sais que c’est toujours difficile de parler et d’accompagner une personne dans le veuvage, d’autant plus lorsque c’est si jeune. Perso, à mes yeux la meilleure façon d’accompagner une personne dans le deuil est la présence, et l’écoute. Pour toi, qu’est-ce qui t’a aidé à tenir le coup ?

Sophie C : La présence physique sauf qu’avec le confinement dans la foulée, j ai dérouillé sérieusement…. Les gens qui m écoutent trouveront peut-être cela bizarre, mais la plus grande aide est venue (en dehors de la présence de mes enfants) est venue de mon chien. Je faisais de belles balades avec elle. La nuit du décès, elle ne m a pas quittée et le matin elle me fait toujours des câlins, la présence d’un animal est un confort de tous les jours….

Sophie R : Même question mais en inverse. Parfois, on pense bien faire mais ce n’est pas forcément le cas. Y à t’il eu des situations blessantes ou qui ont franchement servi à rien ?

Sophie C : C’est plutôt les mots même si souvent les gens ne font pas exprès, “le confinement a dû vous faire du bien, vous avez pu vous ressouder tous les 4” et ma réponse “on était pas dessoudés on était endeuillés”. J’ai reçu une blague via facebook messenger orienté couple, je ne sais même plus ce dont ça parlait et j ai trouvé déplacé d’envoyer une telle blague à une veuve. Les gens ne se mettent pas à notre place. Ils ne le peuvent juste pas, mais le plus dur c’est le silence. Les gens qui ne vous appellent pas, ma belle soeur n’a pris aucune nouvelle et je ne comprends toujours pas son attitude…

La veuve, pas la plus facile du monde

Sophie R : On parle souvent des méfaits des réseaux sociaux, pourtant ils t’on aidé à tenir le coup. Peux tu nous expliquer comment ? (levée de fonds, soutient, partages, témoignages, découvertes, projets, …)

Sophie C : J’ai vite annoncé la mort de Ben sur IG, et ensuite je partageais les étapes de la rapatriation et des obsèques en story pour laisser une trace, j avais peur d oublier ces détails. Même s’ils étaient horribles, ça me permettait d’extérioriser l’atrocité de ce que nous vivions, les commentaires et réactions m ont vite aidée. Les témoignages de femmes “passées par là”, les lectures, les podcasts qu’on me conseillait, j ai tout pris, je n avais rien à perdre et la cagnotte organisée par Sandrine aussi m’ont aidée.

Le quotidien depuis

Sophie R : Comment abordes-tu ton quotidien ?

Sophie C : Un jour à la fois, j ai du mal à me projeter. En plus avec le Covid, c’est juste impossible, je suis en flux tendus depuis le 14 février, je dors peu, je dors mal. Je suis à la bourre sur tout, j’oublie la moitié des choses, j’ai l’impression d’être en apnée depuis le 14 février, je n en vois pas le bout….

Sophie R : Quel est ton plus grand défi aujourd’hui ?

Sophie C : Offrir à mes enfants tout le confort et réconfort dont ils ont besoin tout en diminuant leur anxiété, leurs inquiétudes, leurs doutes, leurs peurs…  et puis attendre nos retrouvailles, la vie va me sembler longue.

Sophie R : Tes plans ont du changé depuis le début de l’année. Quels sont-ils maintenant ?

Sophie C : Assurer un revenu stable tous les mois, passer les concours pour devenir enseignante dans l’éducation nationale… Côté entrepreneuriat, je dois revoir toutes mes priorités… Nouveau projet : accompagner des entrepreneuses créatives vers un retour en entreprise. 

Retrouve Sophie-Charlotte

Tu peux retrouver Sophie-Charlotte sur :

Retrouve tous les liens

Comptes insta :

Podcasts :

Sites web :

A ton écoute

Tu souhaites retrouver la confiance en toi, apprendre à établir tes priorités selon tes choix de vie, résoudre sans détours tes problèmes, prendre des décisions éclairées sur tes actions et choix de vie, arrêter de procrastiner, gérer ton temps en apprenant comment faire plus avec moins de temps, trouver de l’aide pour te donner le coup de pouce dont tu as besoin ?

Coach de vie certifiée, je suis à ton écoute et je développerai pour toi des outils simples à implémenter dans ton quotidien. Le coaching de vie est la méthode efficace qui te permettra de concrétiser tes objectifs efficacement. N’attend plus et réserve gratuitement ton premier rendez-vous.

Crédits

Merci à cet artiste de rendre mes podcasts joyeux en musique.

Titre: Summer Spliffs
Auteur: Broke For Free
Source: http://brokeforfree.bandcamp.com/
Licence: https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr
Téléchargement (9MB): https://www.auboutdufil.com/index.php?id=495

Crédit image : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *