Naïveté, cupidité, malveillance : tout n’est pas rose dans le bien-être

Pour la reprise du blog, je me suis dit qu’un peu d’auto-dérision et de légèreté seraient bienvenus. En même temps, je souhaite te partager mon avis sur plusieurs situations que j’ai vécu et qui m’ont exaspérées ces dernières années. Parce que parfois, je me désole de ma naïveté, mais aussi le monde me désole de sa cupidité et de sa malveillance. Je sais que je donne souvent l’impression que je vis dans un monde rempli de paillettes, d’arc-en-ciel et que tout le monde semble gentil et lisse. Même si c’est ainsi ou du moins plus dans cette tendance que j’aimerais vivre, ce n’est pas le cas. Dans le monde du développement personnel et du bien-être, tout n’est pas aussi rose qu’il pourrait y paraitre.

Il était une fois…

J’avais envie de te raconter une histoire qui m’est arrivée, il y a un peu plus d’un an maintenant. Depuis que je suis à mon compte en tant que Coach de vie certifiée, je travaille exclusivement en ligne avec mes clientes. Même si j’adore ça, j’avoue que le fait de toucher des humains me manque parfois, même si ce n’est pas essentiel à ma façon de travailler. Donc je m’étais mis comme objectif d’organiser des ateliers/retraites ou de rejoindre des ateliers/conférences/retraites créés par d’autres intervenants du bien-être. Vue que je suis une « bonne joueuse en équipe », je sais de par mon expérience que je n’ai pas de mal à intégrer un projet existant, à y apporter ma contribution et à aider à son rayonnement.

Naïveté culpabilité malveillance : le premier hic

Après plusieurs tentatives pour organiser quelque chose en solo, à Dusseldorf, je me suis rendue compte que passer par-dessus mes lacunes linguistiques, et mon isolement social seraient un pas trop grand pour concrétiser mon projet. Il me fallait plutôt chercher à m’associer à un projet existant. La journée où j’ai pris cette décision, une drôle de synchronicité s’est produite puisque dans un groupe d’expat que je suis, une personne faisait la promotion de son événement : bien-être.

Après un peu de recherche, l’événement a l’air sérieux, se passe un week-end, les organisatrices ont l’air sympathique. Je contacte une des organisatrices, nous échangeons. Dès le début, je suis claire et transparente sur mes attentes : je souhaite intégrer leur duo et proposer un atelier d’art thérapie pour compléter leur retraite future qui était plus axée sur le corps. Après plusieurs échanges, l’organisatrice me propose de rejoindre la retraite en tant que participante et que nous garderions du temps ensemble à la fin pour discuter d’une association prochaine. Les 2 organisatrices étant toujours débordées pour que nous puissions nous rencontrer, j’accepte. Et là, le premier hic, je reçois une facture de 99$ pour participer, même pas le prix promo qui était encore affiché la veille. Bref, j’accepte, je paye, je me rends à cette retraite, je rencontre les organisatrices.

Tu apprécies ce que tu lis ? Partage dans ton réseau cet article.
SOPHIEROUX_BLOG_naivete-cupidite-malveillance

Le deuxième hic : ma naïveté

La retraite en tant que telle se passe relativement bien : grands sourires, gentillesse. Je me sens en confiance malgré quelques accrocs :

  • une participante qui me rentre un peu dedans car j’ai des enfants et qu’elle juge ça irresponsable (à mes yeux chacune est maîtresse de ses choix concernant son utérus et ses projets de vie, mais bon je l’ai laissé parler…),
  • le forcing de vente de produits en huiles essentielles alors que j’en consomme déjà (je n’en achète pas).

Mais la journée se passe bien. Toute le monde quitte la retraite sauf les organisatrices et moi-même. Nous parlons d’une association future, je partage beaucoup de mes idées comme le travail approfondit sur le féminin sacré, ou une retraite sur la reconstruction de soi. Je suis dans l’abondance d’idées, elles prennent des notes, rebondissent sur mes idées, bref, une vraie bonne session de travail. Nous prenons rendez-vous pour quelques semaines plus tard, pour mettre en place 3 type d’ateliers.

Puis, plus aucune nouvelle. Pas de réponse à mes emails ou messages privés. Les semaines passent. Et un jour, surprise dans le groupe d’expat’, elles organisaient une retraite sur la thématique du féminin sacré. En lisant le programme je découvre que c’est exactement ce dont nous avions discuté dont un atelier d’art thérapie organisé par une des organisatrice, avec l’idée que j’avais proposé bien entendu.

La malveillance

En tant que tel, je me suis souvent faite plagier ou voler des idées dans le passé. Ça fait mal mais ce n’est plus insurmontable pour moi. Mais quand une personne propose un atelier d’art thérapie, la personne doit être à même de pouvoir accompagner et guider correctement les participants. L’art thérapie ne se résume pas à juste peindre sur un carton, mais plus à un travail intérieur qui peut faire remonter à la surface des souvenirs blessants et pénibles. Il faut pouvoir laisser partir les participants sereins et non perturbés. Et clairement, la personne avait reçu aucune formation pour cela. Bref. J’ai demandé des explications, et je me suis faite ghoster.

Quelques semaines plus tard, j’ai reçu un email de la part de ces deux organisatrices, car finalement elles souhaitaient organiser la 3ème thématique que j’avais proposée. Comment dire… Elles ont douté de rien sauf de ma naïveté. J’ai refusé bien entendu, et je n’ai plus entendu parlé d’elles. Plus jamais de promotion sur le groupe d’expat’ plus rien.

J’ai appris ma leçon : naïveté culpabilité malveillance

Je suis une personne naïve et bienveillante. Ce qui a pour conséquences que les leçons de vie sont parfois amères. Mais celle-ci m’a bien été utile. Car dans la dernière année, j’ai été extrêmement sollicitée pour m’associer à des événements bien-être : en France, en Allemagne et même aux Etats-Unis. Et le point commun entre tous ces événements ?! Il me fallait toujours acheter une place pour rencontrer les organisateurs. Alors parfois la place de participante n’était que d’une trentaine d’euros, parfois au-dessus de mille (sans compter les frais de voyagement, ou d’hébergement). Dans le monde du bien-être malheureusement tout n’est pas que bienveillance, il y a aussi de nombreux scams, ou des personnes prêtes à abuser de toi/moi.

As-tu déjà été confrontée à ce type de comportement ? N’hésite pas à partager ton histoire en commentaire.

Crédit photo Christina @ wocintechchat.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *