Le blogging n’est pas dead

Je blogue depuis plus de 10 ans maintenant. Mon premier blog était un journal de grossesse, j’ai alors commencé à découvrir l’écriture et découvert une réelle passion du quotidien. Mon aîné né, j’ai fermé ce journal et lancé L’effet Créa. Ce petit blog de DIY francophones a vécu mes envies, mes traversées du désert, mes nombreuses découvertes et désillusions. Dans les dernières années, j’ai fermé ce site qui recevait plusieurs milliers de visiteurs uniques au quotidien, j’ai tourné dos à son succès en me demandant « le blogging est-ce dead ? »

De l’age d’or du blog aux podcasts

J’ai connu le début et l’apogée du blogging. Non, je ne suis pas si vieille que ça, mais je me suis lancée dans cette passion que mélangeaient l’écriture et la créativité, il y a un peu plus de 11 ans. J’ai connu l’apogée du bloging au Québec et en France. J’ai connu les « content is king » en développant plus de 3 articles par semaine, j’ai connu les articles dans lesquels il fallait développer un SEO de folie pour sortir son épingle du jeu sur Google, j’ai connu l’arrivée des médias sociaux et la course au nombre d’abonnés.

Le médias sociaux ont créé une réelle révolution dans le jeu et très rapidement écrire n’a plu suffit, il fallait devenir « populaire » et « devenir une influenceuse » pour être lue, pour être mentionnée, pour avoir le droit d’être légitime. Je dirais que c’est à ce moment là qu’a commencé à décliner l’age d’or du blogging. Avec le revers de la médaille de la popularité des médias sociaux s’est développé une certaine superficialité : de moins en moins de commentaires (quand un like suffit, pourquoi se fatiguer à cliquer se rendre sur le site web et écrire un commentaire), de moins en moins de statistiques performantes malgré un contenu de qualité, chez nous les lecteurs et donc chez les blogueurs.

Le contenu n’est plus roi, c’est l’apogée du superficiel, du fake, des images, des algorithmes de visibilité, du fast-food blogging influencé par les marketers et même-si tout le monde a sa place il est difficile d’engager de vraies relations assidues avec ces lecteurs. Des gros blogs présents depuis plusieurs années ce sont fermés : faute d’encouragement dans un cruel dédain.

Les podcasts

J’avoue moi-même avoir privilégié les podcasts audio depuis de nombreuses années aux blogs. Je fuyais cette superficialité dictée pour tenter de trouver plus d’authenticité que j’ai trouvé dans les voies de mes émissions préférées. Naturellement, lorsque j’ai fermé L’effet Créa, je me suis dirigée vers ce média plus intime pour l’évolution de ma carrière.

La coach que je suis devenue aime toucher de près et profondément ces auditeurs. Dans les podcasts, je retrouve un mélange des médias de diffusion que j’aime :

  • la spontanéité
  • la disponibilité
  • la proximité

Bien que je prépare mon contenu à l’avance je ne me retrouve plus à préparer des DIYs de Noël en plein mois de juin !

Réinventer le blogging

Bien que j’aime enregistrer des épisodes audios et vidéos, j’ai rapidement senti un manque. Les touches du clavier me manquaient. Aussi en commençant mon nouveau site web, j’ai naturellement créé du contenu dans un blog. Pourquoi ? Et bien simplement parce que j’ai besoin d’un média d’un support textuel. J’ai besoin de m’exprimer, j’ai besoin de partager mes passions, mon savoir, mes coups de cœurs et de guider celles et ceux qui en ont besoin et que au jour d’aujourd’hui plus de 12 ans après avoir commencé mon premier blog, après avoir tellement grandit, tellement appris, tellement ri, non le blogging n’est pas dead.

Par contre le blogging n’est pas un élément une constante figée. Elle évolue. Certainement que comme les courants littéraires, dans quelques décennies on parlera des différents courants de blogging. Le blogging en 2018 est à ré-inventer est à ré-apprivoiser. Le blogging est un reflet de notre société et je pense que notre société est à une croisée des chemins : socialement, culturellement et évolue vite.

Réinventer le blogging pour moi c’est avant tout mûrir : dans son contenu, dans la valeur ajoutée qu’on apporte dans nos sociétés. C’est privilégier l’authentique par dessus le superficiel, c’est créer des liens et vibrer à l’unisson en communauté.

Crédit image
Arnel Hasanovic

 

Add A Comment