Arrêter de faire semblant

Je suis sûre que tu l’as déjà entendue cette fameuse phrase « Fake it till you make it » autrement dit « Fais semblant jusqu’à ce que tu y arrives ». J’ai beaucoup de mal avec les maximes de positivité toxique telle que celle-ci (oups je viens de lancer un pavé dans la marre).

Aujourd’hui, alors que j’écris cet article, on est à quelques jours des fêtes de fin d’année 2021. Alors que pour certaines personnes les fêtes de fin d’année sont synonymes de joies, retrouvailles, bonheur en famille, pour d’autres les réunions familiales sont synonymes de stress, d’angoisses, car elles vont devoir « faire semblant » une fois de plus.

Lorsque tu fais semblant

En fait, faire semblant est un mécanisme de survie, de défense. Inconsciemment, lorsqu’on ne se sent pas en contrôle, on fait semblant, on met un petit mouchoir sur quelque chose qui nous dérange et on fait comme si on n’est pas atteinte.

Petit à petit tu laisses des schémas toxiques s’installer durablement en toi.

Ici je vais t’expliquer pourquoi il est toxique de faire semblant dans le cadre de relations interpersonnelles. Que se passe-t’il lorsque tu fais semblant ?

Faire semblant est une positivité toxique car petit à petit tu laisses des schémas toxiques s’installer durablement en toi :

  • déconnexion de soi car tu portes des masques et tu vies dans une réalité utopiste, lorsque tu te confrontes à la réalité ça génère de l’anxiété et du stress
  • isolement face aux autres : à force d’être dans la fausseté, tu ne souhaites plus nouer de (vraies) relations
  • passer par dessus des émotions difficiles car en évitant de vivre toute relation conflictuelle ou différente tu ne te confrontes pas à l’adversité.

L’immaturité

Dans le coaching de vie, il y a la notion de maturité et d’immaturité des comportements. Typiquement, se forcer et faire semblant est un comportement immature.

L’immaturité c’est remettre son pouvoir aux autres, on laisse le contrôle : des actions, des sentiments qu’on devrait avoir dans les mains de quelqu’un d’autre. L’autre a alors les pleins pouvoirs face à nous. Dois-je te rappeler ce qui se passe lorsque une personne a les pleins pouvoirs ? Il y a des abus.

Un exemple serait d’être le bouc émissaire de la famille proche et leur argument parce que tu fais semblant que ça ne t’atteint pas serait « Rho mais tu ne vas pas de vexer pour si peu. » alors que ça fait plusieurs heures que tu subies des insultes et un manque de respect. Comme tu te mures dans un silence, les personnes continuent ou si tu te rebelles les personnes te traitent de grande dramaturge qui en fait tout le temps des tonnes. As-tu vraiment envie de continuer à faire semblant ?

Lorsque tu ne fais pas semblant

Lorsque tu ne fais pas semblant, tu es dans un espace de confiance en toi, en ce que tu ressens et en ce que tu perçois.

Ne pas faire semblant c’est parfois être à contre courant dans ces relations, il n’y a pas de tabou, il n’y a pas de non dit. Les conflits ne deviennent pas des hémorragies mais sont des plaies refermées.

Ne pas faire semblant c’est être dans l’authenticité respectueuse de soi mais aussi des autres, tu es installée dans :

  • une connexion à soi sincère : sentiments et perceptions négatives ont leur place au même titre que les positives,
  • gestion saine de tes émotions : pas de ressentiment, pas de rancoeur qui te bouffent le cerveau,
  • une stabilité concrète de tes actions : il n’y a pas de faux semblant ce qui doit être dit ou fait l’est même si parfois c’est malaisant.

Les conflits ne deviennent pas des hémorragies mais sont des plaies refermées.

La maturité

Tel qu’expliqué quelques lignes plus haut, la maturité est un aspect important dans le développement personnel. En ne jouant pas de faux-semblant, en ne portant pas de masque, parfois on s’expose et on se met à nue devant les autres, car chaque émotion, perception et action sont à leurs places.

Et aujourd’hui, j’écris cet article en sachant combien les fêtes de fin d’année sont souvent anxiogènes et stressantes pour certaines personnes qui se cachent derrière leur masque. Faire semblant d’apprécier de se retrouver face à certaines personnes qu’on ne rencontre que une seule fois par an car on « doit » se réunir. Pourtant, rien est obligatoire. Nul part il est écrit que tu dois souffrir, stresser, et faire semblant lors de retrouvailles avec tes bourreaux.

Que faire ?

Alors on a dû certainement te dire « fait des efforts » : est-ce que se taire est faire des efforts ? Est-ce que s’exprimer et exprimer ses sentiments et perceptions est si dérangeant que cela ?

Des vrais efforts ne se font pas dans une relation loser-winner mais dans une relation winner-winner, dans le respect de chacun : pas de cri, pas de rancœur, pas de regret.

L’idée est d’évoluer ensemble et d’établir la base d’une relation saine win-win dans laquelle il est possible d’exprimer le négatif au même titre que le positif.

Pour passer de relations immatures à matures, il va falloir passer par une phase « merd…que » autrement dit, on va laisser sortir toute le me…de, la rancoeur, les regrets et s’établir dans une relation saine d’égale à égale.

Alors peut-être que aujourd’hui, tu ne te sens pas les épaules assez larges, tu me diras « c’est toujours pareil », et donc tu ne chercheras pas à résoudre mais à éviter car oui tu as déjà souffert et que tu as des plaies ouvertes. A quoi bon mettre du sel par-dessus si ce n’est que pour raviver la peine ?

Si tu penses que les personnes en face de toi ne t’écouteront pas, que c’est une relation toxique, il faut alors te demander quel est l’intérêt de continuer à développer des relations avec ces personnes ?

Si tu penses qu’il est possible de te faire entendre car ici on parle de se faire entendre, et de ne plus être invisible et surtout pas de faire changer les personnes d’avis. L’idée est d’évoluer ensemble et d’établir la base d’une relation saine win-win dans laquelle il est possible d’exprimer le négatif au même titre que le positif.

Que faire aujourd’hui ?

Alors oui, aujourd’hui, nous sommes certainement à quelques jours de réunions familiales ou amicales et tu ne te sens pas les épaules de confronter, ou juste de t’exprimer. Sache que RIEN ne t‘oblige, tu es maîtresse en tout temps de tes choix. C’est ton pouvoir et il te revient. Si tu estimes que certaines personnes se comportent mal avec toi (harcèlement, vendetta, dénigrement, jeux psychologiques toxiques, etc) et qu’il est plus sain pour ta santé mentale de ne pas te réunir avec tes bourreaux : fais-le.

La bonne santé mentale n’a pas de prix et la paix d’esprit est un excellent cadeau que tu peux te faire à toi-même et aux autres.

En complément, je te suggère la lecture de cet article Raconter son histoire conflictuelle et l’écoute de ce podcast Comment sortir de l’état d’esprit de la victime ?

Crédit image unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Merci et gratitude pour cet article.

    By Gwendiy • 20 Déc 2021
    • Bienvenue <3 Courage <3

      By Sophie Roux • 21 Déc 2021